Gens qui se baladent

mercredi 18 octobre 2017

[Kingdom Death : Monster ] Le roi lion et l'araignée

Comme le créateur du jeu, Adam Poots, refuse de s'avancer sur la date exacte des expéditions des boîtes de base pour les backers européens (ceux, américains et canadiens, étant en trains de recevoir la leur), j'ai calmé mon attente en ouvrant la boîte de Lion God, et en commençant le montage des Spidicules.





Le Lion God propose une maquette de monstre assez simple à monter, mais dont l'imposant socle texturé va nécessiter pas mal d'attention coté peinture (amas de lanternes et de corps).
En revanche, ni arme pour la customisation des survivants, ni de kit de personnages complets (c'est une "petite" extension certes, mais le Slenderman offrait, lui, quelques nouvelles armes).



Le LG et le Slenderman étant des Nemesis qui n'interviennent, environ,  qu'à compter de la 10ème année lanterne (lantern year), je leur ai préféré le montage de la Spidicules, qui est, elle, disponible dès le commencement de la campagne.

La bête en elle-même n'est pas grosse, mais son envergure en revanche !!!



Première déception, je me retrouve avec deux grappes identiques pour les pattes, ce qui fait qu'il m'en manque une gauche et une droite.



Du coup je me suis attelé aux Baby Spidicules, (et ai pleuré un bon coup pour le montage des pattes), dans l'attente de recevoir la grappe de pattes manquantes de la part du SAV Australien.



A droite, le Slenderman que j'ai quand même monté


Encore une fois, on ne remerciera jamais assez le site internet Vibrant Lantern, absolument indispensable pour le montage des figurines !

Bon c'est pas tout mais que je passe tout ça sous les pinceaux maintenant !

vendredi 13 octobre 2017

[Kingdom Death : Monster] En attendant le père Nöel, on voit déjà les lutins



J’ai reçu avant hier mes premières extensions pour « Kingdom Death : Monster ».

Plus on se rapproche de l’échéance (les core box V1.5 devraient être livrées courant du mois prochain), plus c’est dur d’attendre !
Alors avant que ne sonne l’heure du Black Friday (et d’éventuelles bonnes affaires) j’ai commandé les dernières extensions disponibles : le Lion God, le Slenderman et le Spidicules.


Et j’ai reçu tout ça ce matin, soit seulement 4 jours après avoir commandé, sachant que tout cela vient….. d’Australie !!!

La première chose qui m’a frappé est la taille des boîtes, bien plus grandes que je ne l’imaginais.
Elles sont d’une sobriété totale (un autocollant de l’extension sur une vulgaire boîte en carton) mais je trouve que cela s’accorde parfaitement à l’ambiance dégagée par ce jeu (et puis de toute façon je ne garde pas les boîtes d’extensions).



Je n’en ai ouvert que deux pour le moment, gardant la troisième pour assouvir sur plus long terme mon impatience.

Chacune d’elles présente la même configuration interne, à savoir un espace dans lequel on trouve une ou plusieurs grappes de figurines, un paquet de cartes équipement et un paquet de cartes de plus grand format relatives notamment aux monstres. Le tout est comblé par des nodules de polystyrène pour éviter la casse (une très bonne initiative).




Puis, derrière un paravent en carton, un set de cartes de plus grande taille (trieur de cartes, lieux, évènements spéciaux) et le livre de règle.



Pour avoir parcouru en diagonale ce dernier, c’est ce qui m’a le plus scotché. La maquette interne et les illustrations sont absolument …. magnifiques ! Je pense savoir que le livre de règles (de plus de 220 pages et à couverture rigide dans la V1.5) est dans la même veine (et même mieux je suppose) et ça va être mon livre de chevet pour un moment à n’en pas douter !
Rien que ce livret de règles vous transporte dans l’univers du jeu, d’une façon que je n’avais jamais connu jusqu’alors, une véritable hypnose !



Les figurines (à monter) sont extrêmement fines et les grappes sont très complètes, permettant de personnaliser en total WYS/WIG (what you see is what I got) vos survivants (quand ils y en a de présents dans l'extension).

Les monstres sont vraiment en plein de petites parties, et il est fort regrettable qu'aucune instruction d'assemblage ne soit présente 


Je me tâte encore pour les schémas de peinture, mais pour le moment je pense que je peindrai normalement les survivants et essaiera de peindre les ennemis selon la technique de la pierre (voir ici pour le tuto et le rendu).

Bref, je trépigne encore plus d’impatience maintenant que j’ai reçu tout ça, impatient d'enfin avoir le livre de règles entre les mains.


En attendant je vais regarder lequel de ces monstres va passer en premier sous les pinceaux. 

Edit : Suite à l'arrivage des core box et le début de la phase d'expédition aujourd'hui même (pour les USA), les warhouse, y compris l'EU, sont ré approvisionnée en extensions. Hier sur la warhouse EU on pouvait trouver tout un tas de trucs out of stock depuis des lustres (et qui se sont, pour la majeure partie, écoulés comme des petits pains)

mardi 10 octobre 2017

[Divers] On est cernés !

Juste un petit mot pour dire que j'ai rajouté un nouveau blog dans le menu latéral.

ll s'agit de JOUEURS , un blog avec plein de petits strips sur notre vie de joueurs de jeux de plateaux/cartes etc..., très sympas et toujours bien vus (je me suis reconnu - ou des membres de mes groupes de joueurs - dans chacune des bd !).


mercredi 4 octobre 2017

[Divers] Toujours plus loin

Alors que le Kickstarter de The 7th Continent continue son envolée (et ça tombe bien c'est notamment le thème de cette nouvelle extension !), d'autres projets continuent, eux aussi, de fleurir.

C'est notamment le cas de Gloom of Kilforth , un jeu de carte coopératif pour 1 à 4 joueurs.


Jeu d'exploration dans un univers dark goth fantasy, sa mécanique vous permettra de faire évoluer votre personnage tout au long de la partie, en allant explorer divers lieux pour y combattre de vilaines créatures et autres créatures, y rencontrer des alliés et y trouver des artefacts,...bref tout le tralala.

Cela évoque de suite Pathfinder ou Runebound, mais en fait il n'en est rien. Déjà parce que le jeu ne se joue pas en campagne, bien qu'il propose des parties à grande rejouabilité au regard de la grande diversité des cartes proposées ; et d'autre part parce que ses mécaniques n'ont rien à voir.

Le direction esthétique, et la qualité de cette dernière, ne sont pas sans me faire penser à Fallen , et tout comme ce dernier en son temps, le jeu est qualifié de "jeu de l'année" en catégorie solo ou de cartes sur Board Geek Game par la plupart de ses possesseurs (il s'agit ici d'un reprint).



J'avais décidé, dans un premier temps, de passer mon tour, mais l'annonce d'une traduction intégrale du jeu en Français et la possibilité de jouer en solo m'ont clairement fait changer d'avis.   

En effet, de ce que j'ai pu glaner à droite à gauche, le mode solo est tout aussi intéressant que le mode multi joueurs (ce qui n'est pas le cas de tous les jeux).

La campagne KS en cours a été lancée, comme pour le 7ème continent, pour une série de trois extensions, et un reprint de la boîte de base.



L'extension en financement est la seule qui apporte un réel contenu supplémentaire au jeu, les deux autres étant constituées d'un pack de quelques cartes aux illustrations alternatives (celles d'origines pouvant choquer/heurter les plus jeunes), et d'accessoires destinés à combler les reproches des joueurs de la première version (sac plus grand, dés supplémentaires, et c...).

A noter qu'il semblerait qu'une troisième campagne aura lieu courant 2018 pour une nouvelle boîte, cette fois plus grosse et qui serait un stand alone.
J'espère que d'ici là j'aurai reçu la première, et pu me forger une opinion par moi même.

Si vous voulez vous faire une première idée, vous pouvez déjà télécharger le livre de règles


Ceci mis à part, ma grosse attente du moment c'est bien sur le KS de Kingdom Death : Monster dont la livraison devrait avoir lieu d'ici Noël !


En attendant, j'ai rajouté dans la liste de mes blogs préférés deux nouveaux sites : 

Napalm's blog of DOOM : qui fait la part belle à Kingdom Death avec le compte rendu, partie par partie, de deux campagnes (une terminée et une nouvelle avec l'extension Sunstalker)

Paint'Riot : site de peinture & sculpture, qui contient également des comptes rendu de parties (mais qui sont plus axés sur le détail des mécaniques des jeux chroniqués que sur la narration).

Dans les deux cas, attention aux spoilers, et bonne lecture !

mercredi 27 septembre 2017

[The 7th continent] Sous terre, comme dans les airs

Pour ceux du fond qui roupillaient près du radiateur, un petit message de rappel (d'information) pour leur dire que le Kickstarter du reprint / extensions du 7ème continent vient d'ouvrir.


Le jeu a été financé en à peine trois minutes, et au moment où j'écris ces lignes ce sont déjà 12.500 backers qui ont investis (soit l'équivalent de la totalité de la première campagne), réunissant ainsi 1.200.000 $.


Outre le reprint du jeu de base (ainsi que des extensions de la première campagne qui, elles, viendront se rajouter dans les add-on d'ici quelques heures/jours), cette campagne a pour but de proposer une nouvelle grosse boîte qui, attention, n'est pas, elle, une corebox / stand alone !

Il vous faudra donc la boîte initiale du jeu pour pouvoir en profiter pleinement.

Cette extension a pour nom : "What goes up, must come down", soit peu ou prou "Tout ce qui s'élève, doit retomber".


Deux nouvelles malédictions sont donc au programme mais avec cette fois de nouvelles surfaces / dimensions à explorer : les airs à bord d'une montgolfière, les sous terrain via une sorte de chariot de la mine naviguant sur un canal artificiel.


Un joli petit carnet portfolio sérigraphié, simili cuir, destiné à accueillir le contenu de votre besace constitue l'accessoire d'appel du pledge initial.



Si vous possedez déjà la boîte de base, vous aurez la possibilité, pour 40€, de ne prendre que la nouvelle extension et les Stretch Goals débloqués lors de cette campagne (cette récompense comprenant les cartes "erratées" de la 1ère édition).



 Sinon vous aurez le choix entre la boîte de base seule où le lot complet (mais sans les SG de la précédente campagne qui seront en add-on).

Il est vrai que ce n'est pas un jeu pour tout le monde (mais quel jeu l'est ?), mais en ce qui me concerne c'est, à mes yeux, une merveille ludique (surtout pour jouer en solo ou à deux).
Ça n'est pas le genre de boîte que l'on sort comme ça de temps en temps en soirée jeux, mais une longue et immersive quête épique, pleine d'aventures et de dangers que vous vivrez en comité restreint (très restreint si vous jouez en solo). Quêtes autant de fois multipliées qu'il existe de malédictions (9 a minima avec cette extension).
Sachant qu'une quête / malédiction peut prendre dans les 15-20h, le ratio temps/argent est largement rentabilisé.


Pour ceux que cette durée pourrait rebuter, voire effrayer, sachez que le jeu dispose d'un astucieux système de sauvegarde qui vous permet de tout figer en moins d'une minute, et de tout remettre en place tout aussi rapidement.


Du coup ce serait dommage de le rater sachant qu'il ne sortira finalement pas en boutique en raison de couts de production trop importants.

La campagne de financement c'est par ici

Et pour un exemple de partie, je vous renvois sur ma chaîne Youtube sur laquelle je m'attaque aux malédictions "La déesse vorace" et "L'offrande aux gardiens".

mardi 19 septembre 2017

[Wasteland Express Delivery Service] Fury Road dans ton salon !



Il est temps de voir si le boulot de livreur est si difficile que ça !


Wasteland Express Delivery Service (WEDS) est un jeu dans lequel vous allez vous la jouer à la Shipping Wars (SW étant une émission US dans laquelle des livreurs indépendants se battent aux enchères pour remporter des contrats de livraison de trucs généralement improbables, du lot de chars d’assaut à la sculpture monumentale en passant par un couple de girafe).
Ici aussi, vous aurez beau être tous membres de la même compagnie, le jeu n’en est pas coopératif pour autant.
 
Les terres dévastées se présentent sous la forme d’un plateau modulable composé de 16 octogones (en 4 rangées / 4 colonnes) aux intersections desquels se trouvent des avant-postes (et sur lesquels vous pourrez vous arrêter).

Notre configuration de départ
 Chaque joueur dispose, quant à lui, d’un plateau représentant : pour le côté gauche son véhicule de transport, pour le côté droit les actions possibles par round.
Si chaque personnage dispose d’un petit pouvoir qui lui est propre, les véhicules sont, eux, tous identiques contrairement à ce que pourrait laisser supposer leur figurine.


I-                    Kamtar, c’est mon camion !

Votre véhicule dispose de sept emplacements dont un en tête de cabine. Si dans ce dernier vous ne pourrez allouer qu’une plaque de blindage, les autres emplacements sont libres et modelables à votre convenance.
Et ce n’est pas le choix qui manque pour les remplir car vous pourrez ainsi y mettre : des emplacements de stockage de marchandises (certains sont pour l’eau et la nourriture, d’autres pour les armes), des upgrades (mitrailleuse, canonnier, cabine de couchage, courtier, mais aussi un silo nucléaire ou encore une foreuse selon les besoins de certaines missions) ou encore des modifications temporaires (missiles, téléporteur….).
On démarre avec un emplacement de stockage alimentaire et un pour les armes. La capacité de mon personnage lui permet de commencer avec une remorque.

Certains upgrades augmentent vos capacités de combat, d’autres le rendement de vos transactions, certains sont à effet permanent, d’autres à usage unique ou limité en quantité (voir les deux), mais chacun prend un emplacement et il faudra faire attention lors de votre customisation à garder suffisamment de place pour tout.
Heureusement, pour pallier ce problème, vous pourrez acheter jusque deux remorques de quatre emplacements chacune. 
 
II-                  En avant toute !

Vous disposez au début de chaque round de cinq roues dentelées qui représentent vos points d’action. Le round se découpe donc en cinq tours de jeu pendant lesquels chaque joueur va, l’un après l’autre, affecter l’une de ses roues à une action bien précise en la réalisant dans la foulée.

Twerk a déjà effectué une action de livraison, et une d'avant-poste. Son camion a quatre emplacements de stockage, une mitrailleuse et un canonnier. Sa plaque de blindage (à l'avant) a déjà encaissé un dégât sur les deux qu'elle peut prevenir

 Ces actions sont au nombre de six, et certaines sont limitées en nombre pour tout le round.
-          Mouvement
-          Combat
-          Achat (Max 1)
-          Livraison (Max 2)
-          Avant-poste (Max 2)
-          Bonus (Max 2)
-          Passer
 
Même si vous ne manipulez qu’une roue par tour, vous ferez généralement non pas une action mais deux. En effet, vous pouvez finir chacun de vos mouvements par une autre action gratuite - à l’exception d’un nouveau mouvement ou d’une action bonus.
Si, au lieu de cela, vous restez sur votre seul mouvement,  vous maintiendrez alors votre vitesse, et une nouvelle action de mouvement consécutive vous permettra de vous déplacer plus rapidement que la précédente (généralement 3 cases au début, puis 4, puis 5).
Chaque point de mouvement vous permet de vous déplacer vers une case adjacente. Certaines zones (octogones) sont composées d’une unique case (les zones irradiées) mais le plus souvent de quatre à sept en fonction de la topographie du terrain.

Ce camion du gang Nein Nein transporte de la nourriture et des armes.

Quand vous circulez sur/depuis une zone au centre de laquelle se trouve un camion de pillards (seuls ces derniers peuvent être placés au centre des zones), vous pouvez choisir d’attaquer ce camion.
Pour gagner, il vous faudra battre la valeur de combat piochée au hasard parmi le deck des pillards à l’aide de deux dés de combats (faces vierges, 1 à 3 touches).
Ce résultat peut, bien sûr, être modifié par vos upgrades ou alliés (mitrailleuse qui donne +1 touche ou Canonnier qui donne +1D par exemple).
Si vous gagnez, vous aurez le droit de piller la cargaison du camion, qui sera ensuite automatiquement regarni en prévision de son prochain pillage.
Si vous perdez, vous devrez porter un marqueur dégât sur l’un des emplacements de votre camion. Tant que ces derniers sont vides, passe encore, mais attention à ne pas prendre trop de dégâts de peur devoir perdre de la marchandise ou le bénéfice de vos upgrades !

Sur certaines cases, est représenté le logo de l’une des trois factions de pillards. Quand votre véhicule s’arrête dessus, il peut alors déplacer le camion concerné sur l’une des zones qui lui est adjacente. Si le véhicule d’un autre joueur est présent sur la zone dans laquelle arrive le camion, un combat s’en suit immédiatement (hors séquence du tour) dont la victoire n’apporte au tiers joueur que le plaisir d’avoir échappé à l’embuscade (pas de pillage). Une défaite lui rapportera, quant à elle, un nouveau pion dégât.
C’est ici le seul moyen de mettre des bâtons dans les roues de vos adversaires, puisque vous ne pourrez pas engager de combat directement contre eux.


Mon camion a déjà encaissé trois dégats sur sa remorque. J'ai encore deux emplacements de stockage de libre, j'ai une escorte, et je transporte deux artefacts.

Les emplacements de votre camion sont ainsi en quelque sorte ses points de vie, mais rassurez-vous, ce dernier ne peut toutefois jamais être détruit. Quand vous êtes au max vous ne comptabilisez plus les dégâts supplémentaires, mais devrez retourner au dépôt (au centre du plateau) pour le faire réparer (ce qui coûte une action et de l’argent).
Vous pouvez aussi aller attaquer les pillards à domicile (leurs enclaves étant situées à chacun des points cardinaux), ce que certains contrats vous demanderont d’ailleurs de faire.
Mais si vous pouvez initier plusieurs tentatives de combats, vous ne pourrez piller qu’une seule fois par round (de même, vous ne pourrez plus initier de combat une fois ce pillage effectué).
Pour en revenir à votre déplacement, si vous ne souhaitez pas engager le camion de pillards, vous n’aurez qu’à lancer un dé spécial pour savoir si celui-ci vous laisse passer ou s’il vous inflige un dégât (1 chance sur 3 en lançant le dé correspondant).
Et vous aurez à lancer un dé également s'il vous prend l'envie de traverser une zone irradiée (2 chances sur 3 d'être touché....sauf si vous avez acheté une combi antiradiation à New Chernobyl).


III-                La mort et les taxes :

Ne perdons pas de vue que nous avons, avant toute chose, un boulot de livreur à accomplir. Et pour cela il va donc falloir acheter et vendre.
Certains avant-postes proposent ainsi des surplus de marchandises à la vente. Le type et le prix de la marchandise est aléatoire, déterminé par un jeton amovible qui sera immédiatement remplacé par un autre (au hasard) dès l’achat effectué. En vous rendant dans cet avant-poste et en effectuant une action « achat », vous pourrez remplir votre véhicule d’un même type de marchandise, dans la limite de ce que peuvent vous permettre vos aménagements de stockage et votre portefeuille (le prix unitaire varie de 2 à 4$).


De l'eau vendu 2$ l'unité, des armes pour 4$

On retrouve le même principe avec la livraison, certains avant-postes demandant un certain type de marchandise (à l’aide d’un jeton correspondant, qui sera remplacé après la première livraison).
 
Vous pouvez livrer de l'eau à Serenity, de la nourriture à Terminus (où vous pourrez aussi profiter du marché !)

Pour savoir combien va vous rapporter la transaction il faudra se référer au plateau des cours du marché.
De base, la nourriture se vend 2, l’eau 3 et les armes 4. A ce chiffre il faut ajouter le nombre de demande pour chaque type de denrée concernée. Ainsi, si deux avant-postes seulement demandent de l’eau, celle-ci se vendra 5 $ l’unité (3 de base +2 demandes), si 5 avant-postes demandent des armes, elles se vendront 9$ l’unité.
Ces valeurs sont ajustées à chaque livraison en fonction de la nouvelle demande.


A gauche l’échelle de valeur des cargaison, à droite les artifacts à la vente (dont le prix est croissant en fonction de l'épuisement des stocks)

Attention, vous ne pouvez pas livrer deux fois d’affilée le même avant-poste. Ils ont bien compris que vous les arnaquiez un peu et profitiez de la situation, alors il faudra vous faire oublier un peu avant de revenir.
En pratique, on place le marqueur « Pas le bienvenue » à son effigie sur l’avant-poste livré pour ne pas oublier que l’on devra livrer ailleurs la prochaine fois, quitte à y revenir plus tard.


Twerk devra assurer une livraison ailleurs avant de pouvoir revenir livrer Modoss

      IV – Vous prendrez bien un dessert avec ça :

Les avant-postes ne servent pas qu’à acheter et vendre des marchandises. Et si une bonne partie d’entre eux ne vendent ni ne demandent rien, tous en revanche disposent d’une action spéciale que vous pourrez activer en utilisant une action « avant-poste ».


Le Mod Shop et le Temp Shop : la caverne d'Ali Baba, ..... pourvu que vous soyez en fonds

Ces actions sont variées et permettent notamment : de recruter des alliés, gagner un revenu minimum, faire réparer son véhicule, piocher de nouveaux contrats privés, accéder aux différents marchés….
Les marchés sont les lieux où vous pourrez dépenser votre argent pour customiser votre véhicule (nouveaux emplacements de stockage, armes et armure,….).

Le tableau des prix et limitations des différents articles du marché (tout n'est pas vendu partout ni au mêmes endroits)

 IV-               Quand est-ce qu’on arrive ? :

Faire du commerce et taper sur des SDF des sables c’est marrant un moment mais encore faut-il savoir où ça mène.
Pour gagner, il vous faudra être le premier à remplir trois contrats de première nécessité.
Trois d’entre eux sont communs et placés sur le bord du plateau (parmi une dizaine de contrats différents), et on y met un marqueur de son personnage dessus quand on l’a rempli. Vous pouvez également aller chercher, dans certains avant-postes, des contrats secondaires ou des missions de contrebande dont le bénéfice va, en fonction de l’importance de la mission, de la récompense pécuniaire au remplissage d’un contrat de première nécessité (nécessaire pour gagner), en passant par divers petits avantages (alliés supplémentaires, upgrades gratuits, et c…).

Les trois contrats première nécessité de notre partie. Celui de gauche, consistant à devoir livrer - en une unique fois - trois artefacts au dépôt, est récurent à toutes les parties (sauf scénarios spéciaux).

V-                 Alors cette première journée de travail ?

Pour avoir testé le jeu à 3 joueurs, on s’est franchement bien régalé.
Le matériel est de très bonne qualité et est vraiment plaisant à manipuler, que ce soit les véhicules ou les jetons de marchandises, bien plus sympas que de simples tokens en carton.
L’interaction entre joueurs est indirecte, mais on a bien le sentiment de course contre la montre les uns envers les autres. Les camions de pillards bougent tout le temps et sont un bon moyen de freiner vos adversaires (mais aussi un risque de leur apporter un avantage). Le renouvellement permanent de l’offre et de la demande permet de griller la priorité à un autre joueur, soit en achetant/vendant à meilleur prix, soit en effectuant des livraisons avant lui sur un même site, l’obligeant à changer son itinéraire si la demande change elle aussi.


Plateau en cours de partie

Ce que j’ai aimé aussi, c’est la possibilité de revenir dans la partie malgré un très mauvais départ ou un passage à vide.
La grande variété des contrats permet de renouveler les stratégies et le jeu propose même une campagne narrative (non évolutive) avec des scénarios particuliers.

Pour une première partie nous avons mis environ 2h à 3, explication de règles comprise. Nous n’avons commis que très deux erreurs, dont une qui a en fait l’objet d’un errata du livre de règles (les escortes/téléporteurs sont limités à 1 achat par visite au marché et 1 unité par camion.)

Twerk est la première à avoir rempli l'un des trois contrats

Conclusion : un jeu fun et original avec une mécanique bien rôdée et intuitive sur un thème vraiment cool, magnifiquement desservie par une direction artistique soignée et un matériel de grande qualité (et un thermoformage/système de rangement aussi original que magnifiquement bien pensé).
J’espère qu’on aura droit à quelques extensions avec de nouveaux conducteurs/véhicules (le jeu propose quand même 6 personnages différents), de nouveaux terrains et avant-postes, nouvelles denrées, et surtout la possibilité d’intégrer 1 ou 2 joueurs supplémentaires, pourquoi pas sous forme de team adverse sous la bannière d’un gang de pillards ?!


Jeu : WASTELAND EXPRESS Delivery Service
Editeur : Pandasaurus Games
Joueurs : 2-5
Age : 13+
Durée : 1H30 - 2h00 environ
Prix : 70 à 90$ environ avec les FdP (Anglais seulement)